Le voyage d’affaire

Je travaille dans des salles de formation, des salles de réunion, des villes.

Mercredi, je donne une formation au Storytelling à Liège. Voyage en train depuis Leuven, planche dans le pose bagage au dessus de ma tête. Sous mes apparences de mobilité douce, c’est à autre chose que je pense. Une fois le cours terminé, je prends le bus 21 vers le quartier de Cointe pour RIDER! Fin de journée d’automne. Sec. Temps doux. Session de 18h à 19h30. Puis retour en ville où je dîne en amoureux.

IMG_2360_SK8

Mardi suivant. Deux jours de formation sur le Feedback au Luxembourg avec nuit à l’hotel sur place. Je déteste partir plusieurs jours pour le travail, vivre dans une bulle d’expat ou tout est propre et structuré. Heureusement, il y a le skate, sale et chaotique. Je covoiture avec mon associé et dépose dans son coffre un sac à dos compact: ordi, chemises, veston ET ma planche. En fin de la première journée, j’ai prévu de faire une session en plein centre. Je n’ai jamais été aussi content d’aller au Luxembourg. Je n’ai pas encore pu rouler dans le récent Petrusse Parc. Je suis impatient, toute la journée, à chaque pause, je scrute le ciel, gris et nuageux. Pourvu qu’il ne pleuve pas. J’arrive sur place à 17h30. Quelques lignes dans le bowl, puis de fines gouttes se mettent à tomber. Déception. Ce sera pour la prochaine fois, des dates en novembre, décembre, janvier, en plein hiver.

Un consultant, c’est beaucoup dans la tête. Un skateboardeur c’est de la tête aux pieds.

Tour & taxis, Bruxelles. Work and skate. Allée du Kaai. Après une réunion de briefing chez Bruxelles Environnement, deux heures de battement s’offrent à moi avant la prochaine réunion, chez BNP Paribas Fortis à moins d’un kilometre de là. J’aurai pu m’installer dans la cafétaria et travailler,  dans un coworking ou chez Exki. Et quoi encore, non mais tu rêves? J’appellerai un client, dans l’herbe, au bord du canal, entre deux rides. Je sors ma planche de ma voiture. Un pantalon de rechange. Une bouteille d’eau. Seul. Respirer. Bouger.

Je vais transpirer. Dans ma chemise, mes sneakers casual chic et mon petit pull élégant Massimo Dutti. Mais je vais pas puer. Car je suis heureux.

Le mois prochain, destination Verviers…Y a quelque chose là-bas ? Rien. Merde. Zut. Dommage que je vais pas plus souvent bosser à Anvers, Alost, Brugge ou Courtrai, y a des beaux skateparc par là-bas.

Namur lundi. Merde, pas le temps de passer par Jambes. Aucun temps mort. Journée bourrée. Sur le départ, j’y pense un instant. J’aime bien le parc de Jambes, le long de la Meuse, c’est apaisant. Dommage.

Vendredi, toute la journée dans un espace confiné, slides, airco et sortie de Bruxelles en voiture, via l’E411, passage possible par Overijse et Ottignies, deux skatepark très différents. J’ai le choix. Finalement ce sera Ottignies ou je retrouve Gil. Rituel de début de weekend. On se vide la tête. Pas de bière ou de terrasse. Une bonne dalle en béton.

J’aime mon boulot. Il occupe beaucoup  mon esprit. Même en période de « rush », comme ce mois d’octobre, je parviens à caser une heure par ici, une heure par là. Chaque déplacement m’offre une possibilité de rider. Un œil sur la météo, l’autre sur mon agenda. Ma planche est toujours dans mon coffre. Et l’indépendance prend tout son sens.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s